• Bird Box - Josh Malerman

    RésuméMalorie élève ses enfants de la seule façon possible : barricadés chez eux. Dehors, il y a un danger terrible, sans nom. S’ils s’aventurent à l’extérieur, ce sera les yeux bandés pour rester en vie. S’ils ôtent leurs bandeaux, ils se donneront la mort avec une violence inouïe. Malorie a deux solutions : rester cachée avec ses enfants, isolée, ou bien entamer un terrifiant périple jusqu’au fleuve dans une tentative désespérée, presque vaine, pour rejoindre une hypothétique colonie de survivants. La maison est calme. Les portes sont verrouillées, les rideaux sont tirés, les matelas cloués aux fenêtres. Les enfants dorment dans la chambre de l’autre côté du couloir. Mais bientôt, elle devra les réveiller et leur bander les yeux. Aujourd’hui, ils doivent quitter la maison et jouer le tout pour le tout. (source : Livraddict)

    372 pages
    Publié aux Editions Calmann-Lévy

    Mon avis


    Bird Box, je ne le cache pas, au contraire, c’est mon dernier coup de cœur en date. En lisant d’autres chroniques, je l’ai rajouté dans ma wishlist, et lorsque je suis tombée dessus, j’ai craqué sur la couverture. Mon compte en banque n’a pas apprécié, mais tant pis !


    Je l’ai lu par intermittences, vu qu’on était chez nos amis (sorry à eux, j’ai fait mon asociable à cause de ce livre :P) et je l’ai fini dans le week-end. C’est donc un bon signe. Déjà, Bird Box se lit facilement, mais en plus il est tellement addictif que le déposer ressemble plus à un tour de force qu’autre chose.
     

    Pour un premier roman, c’est assez extraordinaire. J’aurais attendu ça de King, pour être franche. Ça aurait pu. L’auteur réussi vraiment à s’insinuer dans notre esprit,la suggestion est énorme, vu le contexte, et la tension est permanente, lorsqu’on suit Malorie et ses enfants.


    Pour rappel, si les protagonistes ont le malheur d’ouvrir les yeux, ils deviennent fous en quelques instants, violents, et se donnent la mort. On ne sait pas ce qu’ils voient, on ne peut qu’imaginer. Et c’est là toute la beauté de la chose. Au fil de l’histoire on se fait une idée de cette « chose » qui rend fou. D’abord, on y croit pas, enfin, je n’y ai pas cru, puis ensuite, avec les anecdotes flash-back de l’héroïne ou son voyage dangereux, je me suis mis à y croire, à essayer de « les » visualiser et mon imagination n’est pas clémente…  

    Au fur et à mesure de l’histoire, on pense qu’il ne s’agit que d’une démence collective. Mais c’est impossible. Il y a quelque chose. Sûr et certain, et ce jusqu’à la fin. Mon gros regret, c’est de ne pas savoir quoi exactement. Au final, c’est à se demander si l’auteur savait lui-même ! Enfin, c’est pour ça qu’il n’obtiendra pas 5 muffins (ha ! si proche !) mais j’aurais vraiment aimé pouvoir mettre « un visage » sur la menace, même si je peux comprendre pourquoi l’auteur n’en a rien fait.


    En résumé, 
    un must read. Du moins si vous aimez le suspense et frissonner à plusieurs occasions. Si votre imagination est débordante, vous allez vous engagez sur un voyage que vous n’oublierez pas ! 

    Ma note : 19/20