• Journal d'une booty girl - Rose Darcy

    Journal d'une booty girl - Rose DarcyRésumé

    No n’a jamais cherché le prince charmant. Pourtant, elle l’a trouvé !

    Quand son amour de jeunesse est revenu dans sa vie de célibataire mouvementée, la jeune femme ne s’attendait pas à ce qu’il la chamboule à ce point ! Aujourd’hui, Greg lui apprend à changer son regard sur elle, à comprendre qu’elle est fabuleuse, et pas seulement chiante. Mais l’amour qu’ils se portent tous les deux lui permettra-t-il de surmonter ses craintes, ses complexes et toutes ces idées brouillonnes qui tournent dans sa tête ?

    Passer de « seule et fière de l’être « à « je suis ta moitié « en moins de six mois a de quoi vous perturber, et No n’échappe pas à la règle. Entourée de ses morues adorées, d’un ban de maquereaux, de garces frigides et de son homme, la jeune femme va devoir prendre une décision : se donner une chance de laisser son passé et ses angoisses derrière elle, ou s’enfermer dans la peau d’une fille qu’elle n’est pas vraiment.

    L’amour balaie tout sur son passage. L’amour vous construit, vous reconstruit. L’amour vous rend forte, belle, courageuse. Si on le laisse faire.

     

    254 pages

    Editions Sharon Kena

     

    Mon avis

     

    Je viens de terminer la lecture et je suis frustrée. Vraiment très frustrée. Alors, peut-être que ce n'était pas le meilleur choix de lecture pour quelqu'un de super hormonal qu'un rien énerve (merci le traitement pour la FIV). Je ne pense pas que ça l'était. Du coup, à chaque fois que je reprenais ma lecture après l'avoir arrêtée parce que j'étais énervée, je m'énervais à nouveau. Donc, voilà :P 

     

    J'ai adoré la nouvelle de No' que j'avais dévorée en ebook et j'étais vraiment super pressée de la découvrir en version longue. Je suis d'ailleurs très contente d'avoir acheté la pinkie box car j'ai eu droit au roman, bien sûr, et surtout une belle dédicace (merciiii ♥). 

     

    Si durant la nouvelle, j'ai pu m'identifier sans problème à No, ce ne fut vraiment pas le cas pour le roman. Et pourtant, je peux dire que je dépasse largement No' côté surpoids et je suis tout aussi largement complexée. Mais là, le fait qu'elle sorte à chaque fois le sujet de "son gras" ou tout autre manière d'en parler, ça m'a énervée. Et ça arrive à chaque chapitre. Malgré tout le support de ses nombreux amis et de son petit ami qui est juste PARFAIT, elle continue à s'auto-enfoncer. J'ai été traitée de tous les noms moi aussi, depuis ma plus tendre enfance, et j'ai carrément moins d'amis qu'elle, et je ne me plains pas à chaque conversation de mon poids (franchement, je pense que je les saoulerais, à force, respect aux amis de No' :P). 

     

    Dans la nouvelle, à l'inverse, je ressentais une No' positive qui malgré ses petits défauts (oui, parce que pour moi, porter du 46 ou du 48, c'est un petit défaut, pas une tare insurmontable) s'en foutait pas mal de ce qu'on disait, du regard des autres, de ce que lui disait sa balance. Elle vivait sa vie et f*ck le reste. C'est du moins le souvenir que j'en ai. Et c'est l'impression qui me manque, à la sortie de ma lecture. 

     Journal d'une booty girl - Rose Darcy

    A côté de cela, je retrouve le style spécifique de Rose Darcy que j'adore, of course. Sa manière vivante et personnelle de raconter les histoires, comme si No' s'adressait à moi, c'est d'ailleurs ce qu'elle fait. Et elle le fait bien. Je ne me suis pas ennuyée, du tout. Et comme à chaque fois lorsque je lis un des romans de Rose, les pages filent à la limite de la lumière. C'est bon. C'est léger. 

     

    En résumé, malgré une héroïne qui m'a un peu énervée (ce que je vais mettre sur le compte de mon traitement hormonal), il s'agit d'une chick list qui s'est avérée rafraîchissante, drôle et frustrante (surtout pour la fin).